Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 usé par le dégoût. - SOHALIA
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: usé par le dégoût. - SOHALIA   Ven 11 Sep - 0:40
mais non y a plus de ciel
et non y a plus d'amour
et plus que des troupeaux
des vendus des vautours.
C'était qu'un simple rendez-vous. Plutôt amical. Plutôt agréable. Qui me sortait de ma torpeur quotidienne. Il n'était plus question d'Atom ni de Melba, ni de Atlas. Ni de rien, d'ailleurs. Juste de se retrouver face à une connaissance et à un café. Histoire de noyer mes problèmes avec un flot de paroles peut-être inutile mais agréable. C'était quelque chose de bon dans la futilité. Passer quelques heures agréables mais inutiles. J'avais oublié cette sensation. Le temps m'était devenu quelque chose de rare, de précieux. Je devais le garder, soit pour Elle, soit pour le jeu. J'étais la catin de deux amants ; l'un réel, l'autre tueur. L'ironie de la chose était qu'en les nommant ainsi, je ne savais pas vraiment lequel était le plus réel, et lequel était le moins destructeur.

Je m'installe à une chaise prise au hasard. Elle n'est pas encore arrivée. Je suis en avance – ça ne pouvait pas être autre chose, Sohalia n'était jamais en retard. Le serveur vient et je lui demande d'attendre quelques minutes : pas plus de trois au vu de l'heure. Trois longues minutes pour quelques heures qui vont filer. C'est amusant comme la subjectivité peut tout déformer.

Mais je ne sais pas pourquoi.
Ni comment.
Mais un mauvais pressentiment me traverse l'échine.

Et au même moment, son ombre apparaît dans mon dos. Je sursaute, me tourne. Puis souris. « Sohalia. Je savais que tu allais être pile à l'heure. Comme d'habitude. Comment ça va ? »

©Pando

Invité
Invité


MessageSujet: Re: usé par le dégoût. - SOHALIA   Ven 11 Sep - 22:32
Croque la pomme mon enfant et tous tes malheurs disparaîtront
Sur tout le trajet tu contemples songeuse les voitures et les gens qui défilent. Tu cherches en vain dans chaque visage une étincelle de poésie, de l'enthousiasme dans les discours avec leur voisin de rue, leur téléphone. Des idéaux si ce n'est des idées, mais les gens passent outre, ils marchent pressés, mal habillés, les yeux vidés par les soucis. Tes mains crispées sur le volant, te voilà rassurée. Presque satisfaite sinon blasée. T'aimes pas les gens heureux, ils t'éblouissent avec leur sourire et étalent leur bonheur devant toi. Tu te demandes même, si parfois c'est pas fait exprès. Quand t'es heureuse toi, tu le gardes pour toi. C'est égoïste mais tu voudrais pas que l'on te vole ton bonheur. C'est trop facile d'attraper ton sourire, suffit de tendre le bras et de te le prendre. Et t'as cette culpabilité qui joue avec ton estomac, petite culpabilité qui s'accroche et écorche. C'est ta faute, tu dois assumer. Tout le monde est sujet à prendre des décisions irréfléchies. De mauvaises décisions. Des décisions qu'ils vont regretter sur le moment, la minute, ou le matin qui va suivre. Parfois quelque chose au fond d'eux décide de faire une folie. Une chose qui va forcément se retourner contre eux, inconsciemment ils le savent. Tu le sais, mais tu le fais quand même. T'as fait un bout de chemin, hors de la réalité, hors du temps, dans un monde appart. Puis tout s'est arrêté. L'ancienne toi est révolue, finit. Certaines choses vous changent à jamais, elles refaçonnent ce que vous êtes. T'as carrément changé de pensées, d'attitudes. Victime de toi même. Il y a désormais en toi une douleur désagréable, ancrée. Tu crois que tu t'y es faîte. Au jeu divin des petites trahisons. T'effaces, tu recommences. Tu dois sans cesse te réinventer, presque toutes les minutes. Parce que tout le monde peut changer en un instant. Et il n'y a pas de temps pour les regrets. Parfois, les changements s'imposent à toi. Parfois, ils arrivent par accident. T'es à l'origine de la plupart d'entre eux. Tu dois constamment montrer de nouveaux moyens de te réparer. Alors tu changes. Tu t'adaptes. Tu crée de nouvelles versions de toi-même. Sans t'assurer que cette version est une amélioration de l'ancienne. En fait, tu ne sais même plus ce que tu veux. Ce que tu sais juste, c'est que t'es une femme détestable.

Prenant une grande inspiration tu te colles le sourire de Mary Poppins aux lèvres avant de quitter ta voiture pour rejoindre le café où tu lui as donné rendez-vous. Douce Eurydice, charmante proie qui se faufile dans le piège que tu as savamment tissé pour le serpent qu'elle incarne. La vipère de l'autre réalité. Tu la repères en un coup d'oeil, assise le regard distrait. Elle semble si inoffensive que t'en éprouverais presque de la honte. Tu pourrais renoncer, repartir, mentir. Mais tu ne renonces pas. Tu ne flanches pas devant ce que les autres appellent - les sentiments - pas que tu sois sans cœur, un cœur t'en as un, planqué dans un bunker d'une poitrine verrouillée. T'aimes pas ça les émotions, tu trouves que c'est une perte de temps, d'énergie, une complaisance suspecte qui ne mène qu'à l'apitoiement. T'as toujours pensé que tu te devais de résister au larmes faciles, au plaisir sournois de la mélancolie, à la volupté des retours, à l'émotion d'être aimée. A la facilité. Alors d'un pas décidé tu t'avances, d'un geste délicat et coupable tu frôles son épaule. La belle se retourne et ses saphirs pétillent, peur ou excitation. Peu importe tu lui glisses un baiser sur sa joue en la saluant à ton tour avant de prendre place face à elle, un rictus aimable au coin de tes lippes vermillons.  « La reine de la ponctualité c'est tout moi. » Pas ta plus remarquable qualité c'est certain, et encore moins celle qui gommera tes défauts qui s'apprêtent à surgir dans son dos pour la dévorer toute crue.  « Je me porte comme un charme et toi ? On commande ? » Toujours emitoufflée dans ton manteau du mensonge du fais signe au serveur pour qu'il t'apporte la carte  « J'ai envie d'un dessert... Oh prends un de ces moelleux au chocolat avec moi, tu vas voir ici ils sont délicieux ! » Mais oui c'est bien connu, la félonie s'avale toujours mieux avec du sucre.  
©Pando

Invité
Invité


MessageSujet: Re: usé par le dégoût. - SOHALIA   Jeu 17 Sep - 12:59
mais non y a plus de ciel
et non y a plus d'amour
et plus que des troupeaux
des vendus des vautours.
Tout, ce jour ci était étrange. Pourtant, cela ne venait pas du sourire de quelques passants dans la rue. Ni de la rapidité aux serveurs à arriver. Ni du journal à la télévision qui avait osé brandir quelques informations non superflues. Encore moins de ma mère qui était sortie de l'appartement à moitié mal coiffée. Ce jour ci était étrange, parce que quelque chose pendait en mon esprit. C'était comme une sale sangsue, comme une putain de migraine. Cette chose là était affreuse. Elle s'était montrée derrière le dos de Sohalia avec ses dents mal formées et ses ongles arrachés. Le doute. Le doute planait au dessus de ce visage pourtant si familier et m'empêchait de me concentrer. J'étais comme anesthésiée, comme ailleurs. J'errais dans des nuits froides qui ne m'étaient pas destinées. J'étais pendue aux lèvres de mon interlocutrice, comme prête à prendre un coup en pleine poitrine avant de me tordre en deux, tiraillée par la déception.

Mais rien de tout cela n'est arrivé. Je me contente simplement de m'asphyxier avec mes propres frayeurs. Je n'ai plus de souffle et me voit même prendre une grande inspiration avant de lui répondre. « Oui pourquoi pas ! Mais j'me sens un peu crevée là, j'vais aussi prendre un café avec j'pense. » Ma langue s'était transformée en une enclume Mon esprit était fait de pavés et les questions ont commencé à trébucher, a se bousculer et à se casser la gueule. Comme si tout était la pour me dire barre toi Eurydice. Barre toi si tu ne veux pas encore être déçue, sur le cul. Si le destin existe, alors je l'ai ému - ou plutôt, il a eu pitié. Il s'est dit, la pauvre ( ou bien la conne ) passe son temps à donner sans même prendre le temps d'observer. Pauvre aveugle aux mains dorées. Bientôt on va tout te reprendre, on va te bouffer, te jeter et te faire trembler. T'auras même pas le temps de dire ouf qu'autre chose te sautera à la gueule. T'auras même pas le temps de laisser tes larmes couler qu'on te dira fallait t'en douter. Qu'on te dira, la confiance, c'est qu'un mythe. Pas plus réelle que le sphynx. Et si un jour on te demande qui le matin marche à quatre patte, tu répondras que c'est toi, Eury. Toi qui rampera pitoyablement la gueule ouverte et les espoirs troués.

Ridicule pathos d'une fille désabusée.

J'essaie de me ressaisir. Mais je suis une enfant à genoux ; je me relève pour tenir sur un pied. Le corps prêt à embrasser le sol une seconde fois. Sous mes mots se cache une hésitation facile à déceler. Le plus grand des manipulateurs jubilerait face à tant de faiblesse mal assumée. Inexplicable. « Ça fait un moment qu'on ne s'est pas vues. Je commençais à croire que t'étais partie faire un reportage sur une autre planète. » J'essaie de rire mais le cœur n'y est pas. D'ailleurs rien n'y est. Mon sourire s'est évanoui dans une sorte de néant perdu entre deux regards. Un néant égoïste qui m'avait arraché toute motivation et joie de vivre.

Puis, comme un instinct inattendu. Comme une envie de forcer la vérité à me foutre une bonne baffe. Je lance. « D'ailleurs, t'as des projets en ce moment ? »


©Pando

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: usé par le dégoût. - SOHALIA   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM