Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 [DEATH MATCH] Going to hell. (allen)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: [DEATH MATCH] Going to hell. (allen)   Sam 12 Sep - 20:58


Going to hell.





Les mystères des ténèbres ont-ils jamais été percés, par quelques aliénés et rudes âmes en quête d'ivresse. L'obscurité en elle-même demeure aux yeux de l'humanité un énigme inélucidé, un énigme que tant tentèrent de déjouer, d'un sourire arrogant et de cette hargne proclamant victoire. Ils n'en sont jamais revenus. Personne ne revient jamais des abysses. Ces ténèbres vengeurs vous confrontent à vos plus grands démons, elles, ces bêtes gracieuses et sournoises vous étranglant doucereusement alors que vous caressez à peine à la vie, de votre main tremblante, inanimé après quelques secondes d'espoir. Aura a pourtant ce sentiment d'avoir foulé les enfers plus d'une fois au cours de son existence. Malgré son jeune âge, elle sait que sa détermination et son absence de peur la protège de ses maux. Sans jamais reconnaître le fait inéluctable qu'au cœur, du jeu, elle n'est plus qu'un maux en elle-même.
Elle ne serait dire si cela est beau, ou d'une tristesse fatale. En cet instant, elle s'apprête à s'engouffrer en ce gouffre où elle est prête à confronter ses démons. Se confronter elle-même en un sens. Au loin, elle perçoit les hurlements de quelques fous ayant tentés de défier le destin sans penser au lendemain. Mais, elle, Aura, elle y est préparé, à cette expédition en enfer. Un nouvel enfer pour une nouvelle vie. Son katana en main, luisant sous la lueur traître de la lune, elle s'avance sans une hésitation vers la noirceur profonde de cet antre démoniaque. Un léger rire s'échappe de ses lèvres gercés, comblant probablement un certain effroi, ou du moins l'ébauche d'un effroi l'étranglant soudainement.
Pourtant, elle sait qu'elle est capable de survivre une nuit au sein de ces limbes. Elle n'est plus qu'un ange déchu, pourquoi avoir peur de l'inévitable ? Elle est destinée à fouler les terres saintes de ce lieu barbare. Elle sera celle qui saisira les hurlements de ses victimes, les emprisonnant au cœur de son esprit ravagé. Elle sera celle qui dominera, celle qui chassera l'ennemi. Et non le contraire. La chasseuse glaciale est avalé par les ténèbres, la capturant en leur duvet mortel. Et ainsi, elle se contente d'avancer entre ces brumes de noirceurs brouillant toute perception du monde. Bientôt, la jeune femme devient aveugle. Cependant, elle souhaite affronter l'obscurité sans appui de lumière.
Seule face à elle-même.
Elle contemple son côté obscur sans sourciller. Elle est ainsi, une mer infinie de sang. Se contentant de poursuivre les divers hurlements, ses pas fins et incertains résonnent légèrement entre les cavités de la grotte. Plus d'une fois, elle trébuche. Se relevant à chaque fois. Une infime voix dans un coin de sa tête prétend qu'elle est folle. Oui, en un sens. Aura la guerrière au regard insondable est définitivement marquée par le seau de la démence. Une certaine beauté se dégage pourtant du personnage qu'elle s'est entêtée à créer, façonner jusqu'à obtenir cette blonde fatale dévastant toute existence sur son passage jusqu'à ce que la mort ne la rattrape. Cette nuit, elle est la Mort réincarnée. Elle est prête à semer toutes les âmes qui lui feront face.
Après ce qui lui sembla une éternité, des éclats de lumière dansèrent soudainement sur les murs creux et glissants de cette havre de trouble. Un sourire mauvais se glissa sur les lèvres de la prédatrice. Dégainant son katana d'une main, et jetant un coup d’œil au flingue niché dans sa tenue, elle s'avança à pas de loups vers les ondulations de lumières. Et entrevu sa future victime. Game on.


© TITANIA

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [DEATH MATCH] Going to hell. (allen)   Dim 13 Sep - 0:27
GOING TO HELL




« M'enfin quoi, tu vas t'arrêter de saigner, oui ou merde ?! »

 Deux heures à errer dans cette garce de forêt, et pas de récolte plus fructueuse que des godasses crottées, une mitaine déchirée, trois ecchymoses mineures et une large plaie au dessus de l'arcade sourcilière qui ne semblait pas décidée à vouloir arrêter le filet de sang poisseux qui s'entêtait à lui couler dans l’œil. Allen avait rapidement tenté d'arrêter l'écoulement en utilisant une vieille écharpe de tissu mauve enroulée autour de son crâne, en vain. Il s'assurait donc de le tamponner, dès lors qu'il sentait le sang gagner du terrain à l'intérieur de la parcelle touffue de poils gris qu'était son sourcil gauche. Les premières fois, du moins. Après cinq minutes, ses mouvements étaient devenus fébriles ; après dix, rageurs.

---

La première connexion de l'ancien s'était déroulée de manière plus douce qu'il ne l'avait prévu. Qu'il se soit retrouvé étendu sur un lit de morceaux de verre, sa jambe droite coincée sous son buste et la tête contre le pied métallique d'une chaise renversée importait peu ; personne n'était là pour l'attendre et lui loger une balle dans le crâne, il n'en demandait pas plus. Malgré son mal de tête et les quelques coupures superficielles qui couvraient ses bras, Allen s'était rapidement relevé, dépoussiéré, et avait commencé à errer dans les rues dévastées de Bordel-ville. Ses cinq premiers jours s'étaient déroulés sans accrocs, et il avait pu se dénicher quelques menues bricoles dont il avait bien vite appris à se satisfaire. Il s'était, après moult efforts, arrangé pour se confectionner un baluchon à partir d'un pan de tente décolorée et d'épaisses ficelles qu'il s'était fermement enroulées autour du torse et des hanches. L'ensemble avait mauvaise mine, mais s'était trouvé être relativement confortable et très pratique, car il pouvait, d'un simple mouvement de coude, piocher à l'intérieur et y saisir à l'envie sa lampe-torche frontale, sa gourde 50cl de métal cabossé ou les quelques ficelles qu'il n'avait pas eu à utiliser. Il avait aussi pu se procurer, le troisième jour, un American Derringer chargé, revolver à canon court dont il avait horreur mais pour lequel il avait rendu grâce aux cieux. Il avait trouvé, à proximité, un paquet quasiment vide de munitions correspondantes. Il gardait le Derringer à sa ceinture et les balles dans sa poche, entourées de tissu relativement épais, pour qu'elles évitent de faire trop de bruit.

Ressler avait pu apercevoir trois personnes, au sein de la ville. Il avait cherché à entrer en contact avec les deux premières, mais l'une comme l'autre s'étaient enfuies à toutes jambes, trébuchant et soufflant comme deux bœufs ivres. Lorsqu'il l'aperçut, deux jours plus tard, Allen voulu de même aller saluer le troisième individu, mais s'était stoppé net dès lors qu'il avait pu jauger le nombre d'armes que portait le bonhomme. Il avait immédiatement rebroussé chemin.

Le vieil homme était arrivé, après quelques jours supplémentaires de déambulations plus ou moins contrôlées, à l'orée d'une forée touffue et qui lui semblait, à lui, homme de ville à en crever, absolument impraticable, mais qui présentait l'avantage net de pourvoir une fraîcheur que ne pouvait proposer qu'une végétation véritable. De plus, n'ayant toujours aucune idée d'où pouvait bien se situer le QG de son équipe, Allen avait pour espoir de le trouver dans cette zone encore inconnue.

---

Ressler tamponna une nouvelle fois son sourcil, et, tout en jurant, cassa d'un mouvement sec du bras la branche noire d'un frêle arbre mort appuyé contre le flanc d'un roc gigantesque tout entier couvert de mousse que le vieillard s'était mis en tête d'inspecter. Une masse aussi fabuleuse ne pouvait pas passer inaperçue. Un lieu de rassemblement, peut-être. C'était de toute manière tout ce qu'il avait. Après cinq minutes passées à contourner la bête, main posée contre son flanc, il lâcha finalement un « Hallelujah ! » enjoué. L'entrée était large, et le soleil la frappant directement, Allen pouvait sans problème observer les premiers mètres de tunnel. Il s'équipa prestement de sa lampe torche frontale, vérifia la présence de son Derringer et de ses munitions, puis s'avança finalement d'un pas prudent. Les boyaux se la grotte s'avéraient être bruts mais d'une édifiante complexité. S'enfonçant toujours plus profondément, Allen ne pu que s'émerveiller de la manière dont les tunnels s’enchevêtraient, se croisaient, puis se quittaient pour se recroiser quelques dizaines de mètres plus loin. Inquiet malgré son admiration, il décida de ne tourner qu'à gauche, et marquait à l'aide d'un petit morceau de charbon, par précaution, chaque intersection d'une flèche discrète. Il était fort probable que la grotte  n'ait pas qu'une sortie, mais Ressler ne voulait rien risquer.  

Après ce qui lui sembla être une vingtaine de minutes, il quitta finalement son étroit tunnel pour arriver dans une cavité magistrale, que le faible rayon de sa lampe-torche frontale ne suffisait clairement pas à couvrir. Décidant de reposer ses jambes et d'admirer la vue, il s'assit contre la paroi rugueuse de la grotte et sortit sa gourde pour se désaltérer. C'est au moment où il la replaça dans son baluchon qu'il entendit les pas. Oh, ce n'était pas grand-chose, bien entendu, mais difficile dans une grotte aussi grande et silencieuse que celle-ci que de cacher le bruit de ses pas, et plus difficile encore de ne pas les entendre. Allen se releva précipitamment, replaça son baluchon dans son dos et dégaina son arme.

« Qui-va-là ?! »

Sa voix était calme. Pas étonnant. Il essaya de localiser la source des pas, mais l'acoustique de la grotte ne laissait aucune chance au vieillard de deviner quoi que ce soit. Les pas reprirent, mais il les entendit cette fois-ci de l'autre côté. Il se retourna brusquement et tenta de braquer son arme droit devant lui, mais une griffe de pierre retint le bas de la jambe gauche de son jean et le fit trébucher. Il s'étala de tout son long. Le choc lui fit presser la détente de son Derringer, qui rugit et cracha furieusement le contenu de ses deux canons. Sonné, son bandage de tissu lui glissant sur les yeux, Allen entreprit d'ouvrir son revolver et d'attraper les balles glissées dans sa poche.




Spoiler:
 


Dernière édition par Allen Ressler le Lun 14 Sep - 10:36, édité 8 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [DEATH MATCH] Going to hell. (allen)   Dim 13 Sep - 18:52


Going to hell.





La jeune femme pensait avoir tout vu, tout vécu, au sein d'un jeu barbare illustrant les dures lois de l'existence. Elle en était certaine. Elle avait tué, exterminé, dansé sur le sang de ses victimes, jusqu'à atteindre ce point de non retour. Pourtant, elle savait que les démons se nichant dans l'ombre de la grotte se montreraient plus vil qu'elle ne le fut jamais, empreints de toute évidence d'une ironie certaine. Ses yeux s'acclimatant délicatement aux émanions de la lumière surgissant de sa proie, Aura pensa définitivement rêver lorsque les traits de son ennemi se dessinèrent sous l'éclat traître de sa lampe. Elle en resta éberluée, allant même jusqu'à penser qu'il s'agissait d'un problème au sein du jeu, et que celui-ci tentait de la piéger en se jouant de son esprit. Pourtant, après quelques secondes, elle en fut certaine. Il s'agissait bel et bien d'un vieil homme face à elle. En mauvais état, et définitivement très maladroit, il s'étala de tout son long et envoya fuser deux détonations de son flingue qu'il ne semblait pas avoir l'habitude d'utiliser. Encore plus empoté qu'un gamin, il entreprenait pourtant de recharger son arme. Jamais Aura n'aurait pensé être autant surprise qu'en cet instant. Effectivement, elle avait confronté tout type d'ennemi. Mais, encore jamais un vieillard usé par le temps. Soit, peu importe qui il était, quel âge il avait, elle le considérait comme tout autre danger d'une équipe ennemi. Il pouvait être aussi féroce qu'aucun autre membre du jeu. S'il y avait bien une chose de laquelle Aura se méfiait, c'était du jeu d'acteur que certains membres du Darwin's Game parvenait à réaliser afin de berner leurs prédateurs. Elle ne comptait pas mourir bêtement pour avoir sous estimé un adversaire possédant du vécu et probablement d’innombrables expériences du combat. La force physique ne faisait pas tout. La sagesse d'esprit était un élément qui comptait également beaucoup ici-même. Et, au cœur de l'enfer, toute possibilité n'est pas à éliminer. Aussi, demeure t-elle sur ses gardes, katana en main, un léger sourire amusé flottant néanmoins sur son visage. "Je n'aurais jamais pensé qu'une personne de ton âge puisse avoir le courage de défier les atrocités du Darwin's Game. Et encore moins que tu sois dans la possibilité d'utiliser un ordinateur pour t'y inscrire." s'amusa t-elle face au vieil homme et son flingue probablement inoffensif, incomparable à son anticipation et sa rapidité q'elle n'avait cessé d'aiguiser jour après jour. "Sans offense." ajouta t-elle sans se dépourvoir de son sourire ironique. Examinant les moindres faits et gestes de son adversaire, elle réalisa alors qu'il lui faisait penser à son grand-père paternel. Un brave type bourru et persuadé d'être doté d'une jeunesse éternel, haïssant le monde et tous ses habitants. Il était mort en tentant de se battre avec un jeune de la rue l'ayant insulté sans s'imaginer qu'il se vengerait. Son cœur avait arrêté de battre, comme ça, en un instant. Boum. Elle ne l'oublierait jamais, ce grand-père qui lui rendit souvent visite lorsqu'elle n'était qu'une gamine, dédaignant qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait si elle le souhaitait assez fort, peu importait qu'elle soit fragilisé par sa maladie. Finalement, il l'avait plus inspiré qu'elle ne l'aurait pensé. A présent, elle faisait ce qu'elle souhaitait. Elle y était parvenu, après tant d'espoir balancé entre quelques prières sans convictions.
Pourtant, elle ne comptait pas baisser les armes. Caho dans l'âme, elle n'allait pas jouer la carte de la pitié, pas ici, pas dans ce monde. Elle n'était plus ainsi à présent. De plus, elle haïssait elle-même l'idée que l'on lui témoigne de la compassion entre les méandres de la réalité. Elle n'allait pas infliger au vieillard ce qu'elle haïssait elle-même. "Que le plus combatif vive ! " murmura t-elle, avant d'abattre son katana vers sa proie en un regard aussi glacial que la pâleur de l'hiver.

© TITANIA
http://www.darwinsgame.net/profile?mode=editprofile
avatar
DEVELOPERS
<b>bavardages</b> 6594 <b>présence</b> PRÉSENT(E)
AVATAR : DARWIN'S GAME.
CREDITS : GeniusPanda.
<b>NIVEAU</b> <b>VIES</b>


MessageSujet: Re: [DEATH MATCH] Going to hell. (allen)   Dim 13 Sep - 18:52
Le membre 'Alaska Jenkins' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'DUEL NIV.1 - NIV.2' : 13

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [DEATH MATCH] Going to hell. (allen)   Dim 13 Sep - 23:51
GOING TO HELL






« Petite salo... »

Pas le temps de finir. La lame siffla et vint frapper le canon de son revolver, qu'il avait tout juste eu le temps de dresser devant lui dans une tentative de défense désespérée. Le résultat fut en demi-teinte : le canon supérieur de son Derringer était désormais inutilisable, mais il n'avait à priori perdu aucun membre. Grâce en soit rendue aux cieux, l'enragée qui lui faisait face avait décidé de le taillader avec un joli katana, non pas de l'achever avec une vraie putain d'arme. A supposer qu'elle en porte une. Chaque génération apporte son lot de conneries, il en avait fait la longue expérience, mais celle-ci semblait bien décidée à briser tous les records. Que cette jeune garce ait résolu de survivre dans ce monde de sauvages avec un grand couteau et un joli sourire, c'était tout juste risible.

Risible ou pas, ce n'était ceci dit pas elle qui rampait et se tortillait sur le sol atrocement inégal de la grotte. Allen souffrait. Son souffle était rauque, ses côtes douloureuses, et son visage couvert de coupures dues au minuscules stalagmites effilées inharmonieusement disséminées sur la roche. Il se trouvait obligé, à chaque expiration, de cracher un amalgame de salive et de sang, qui lorsqu'il n'en avait pas la force, avait l'inconvenante obligeance de sortir seul de sa bouche et de couler le long de son menton éraflé. La première coupure survint dix secondes après le choc du katana et de son Derringer, puis tout s'accéléra.

Il ne pouvait rien faire. La lame semblait dotée d'une volonté propre. Diaboliquement véloce, absurdement agile, elle annihilait systématiquement, et semblait-il avant même qu'il n'y pense, toute tentative de contre-attaque, sans même parler de fuite. Le katana tranchait plus que sa chair, il s'attaquait sans relâche ni remords aux parois effritées du refuge mental qu'il s'était durant tant d'années exercé à protéger. Mais rien n'aurait pu le préparer à ce qu'il vivait présentement. Dans son monde, les gamines ne s'amusaient pas à taillader les seniors pour le sport. Car c'était bien de sport dont il s'agissait. Bon Dieu, elle s'amusait. Ses yeux étincelaient, d'une lueur de plaisir malsain. Il fallait qu'il tente de la calmer. D'une manière ou d'une autre. Il ne voyait plus que ça.

« ECOUTE, GAMINE », cria-t-il en levant le bras gauche, « ON PEUT S'EX... ». Sa main le brûla, sembla hésiter, puis tomba mollement à ses pieds. La douleur prit son temps, comme si elle craignait de venir brusquer trop violemment son hôte. Atroce. Jamais douleur n'avait été aussi sale, si puissante ni si cruelle que celle-ci. Le vieillard hurla comme jamais il n'avait hurlé. Il se mit à pleurer, à jurer, à fouetter l'air de ses jambes abîmées. Il comprenait finalement. Il avait complètement sous-estimé le jeu et ses joueurs. Ce monde n'était pas celui qu'il avait connu. Il resta prostré dans la même position, pathétique et gémissant, pendant ce qui lui sembla être une éternité. Il entendait, là-bas, très loin, la jeune fille parler, parler, et parler encore. Il n'avait plus la force de l'écouter, plus la capacité de la comprendre. Il était une boule de nerfs à vif. Mais il ne pouvait pas rester comme ça. Elle recommencerait, avec de plus jeunes. Que la salope l'observe tout son saoul, elle ne s'en sortirait pas comme ça.

Son revolver était de nouveau chargé. Il en avait eu le temps, alors qu'elle s'amusait de sa vieillesse et de sa maladresse. L'arrogance fait tomber les plus doués, et il se ferait un plaisir de le lui apprendre. D'essayer, du moins. Sans plus faire attention à la douleur, concentré comme il l'avait rarement été, il se retourna d'un brusque mouvement d'épaule, dégagea son bras, pointa son revolver vers ce qu'il pensait être sa cible, puis tira.

Incapable de tenir tête à la douleur plus longtemps, il perdit connaissance avant d'avoir pu vérifier s'il avait amoché la gamine.




Dernière édition par Allen Ressler le Dim 20 Sep - 13:56, édité 2 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [DEATH MATCH] Going to hell. (allen)   Mer 16 Sep - 13:28


Going to hell.





Ses démons intérieurs paraissaient danser sous la lueur terne de la grotte. La lame de son katana siffla dans les airs, cri aux consonances dévastatrices et néfastes pour sa victime. Aura, cette guerrière intrépide à la force de caractère légendaire, abandonnait ses mouvements à une valse de déraison, cette folie du combat brûlant le moindre de ses pores, doux feu se propageant à l'intérieur d'elle-même. Elle aimait plus que tout la ressentir, cette chaleur unique lui offrant un goût de sang sur sa langue et le désir de vivre éternellement, sous l'éclat des étoiles de son âme transcendé. A présent qu'elle laissait ses démons la contrôler entièrement, toute fragilité ne paraissait être qu'un doux songe d'une vie antérieure. Fauchant son arme, sa chair, son ennemi comme l'on écraserait un vulgaire insecte. Elle ne le voit plus lui, ce vieillard amoché suppliant pour sa vie. Elle n'entrevoit plus que ce sang, délicat et touchant, éclaboussant les parois de l'antre et retapissant son esprit en un futur plus vaste. Chaque coup qu'elle osait porter à sa victime la rendait alors plus forte, plus vaillante. Prête à conquérir l'univers, Aura, l'insensible et sanguinaire guerrière n'entendait plus les hurlements, ni la chair à vif de sa proie laminée par sa lame. Elle ne lisait plus en lui toute ressemblance avec son passé. Elle invitait la mort à se saisir de lui, à l'anéantir littéralement. L'attendant d'un pied ferme, elle ne peut plus revenir en arrière, elle ne le souhaite pas. Cet homme aurait pu mourir par bien des façons, mais c'était elle qui choisissait sa fin. Une fin bien douce contrairement à d'autres, empreintes de violence et de cruauté. Elle n'était rien, face à d'autres joueurs plus sauvages encore. A ses yeux, elle lui rendait service en l'anéantissant de la sorte. Elle s'assurait qu'il ne remette jamais les pieds au sein du jeu. Un ennemi en moins. Certaine de ce qu'elle pensait, elle savait que le vieillard aurait du mal à affronter de nouveau la cruauté de cet univers illustrant la véritable identité de chacun. Seuls les plus insensibles parvenaient à survivre en enfer. Les faibles et les âmes généreuses quittaient ce monde bien tôt, c'était un fait avéré et vérifié. Le mal dominait. Le bien s'inclinait. Le monde fut ainsi écrit, et l'humanité se modula selon ses désirs.
L'homme, au sol et larmoyant, semblait la supplier du regard d'arrêter le massacre. Mais, jamais elle ne pourrait. Qu'elle arrête ou non, il se viderait de son sang avant d'oser espérer trouver une porte. Impossible qu'elle abandonne une proie ainsi. La souffrance avait un terme et la mort en était la digne issue. La guerrière était prête à lui offrir la paix. Cependant, tenace, il braqua son pistolet vers elle en un ultime acte désespéré, et appuya sur la détente. La balle fila dans les airs, érafla le bras de la demoiselle, y laissant un léger filet de sang. Soit, elle n'en sortirait pas totalement indemne. Mais, le fait qu'il ait osé se défendre prouvait qu'il allait probablement évoluer davantage au sein du jeu. Il reviendrait, elle en était certaine. Et, s'il croisait à nouveau son chemin, elle le viderait de son sang une nouvelle fois.
Aucune pitié face au néant.
S'approchant de sa victime en quelques pas feutrés, elle récupéra son flingue et le glissa dans sa tenue, au côté du sien. Une arme supplémentaire ne pouvait que lui être d'une grande utilité. Contemplant son visage inanimé, figé par la douleur, elle regretta un instant qu'il ne soit pas conscient jusqu'à la fin. Elle l'avait toujours été, elle n'avait jamais fui la douleur. En un sourire, elle murmura à son oreille, répétant ces mots qu'elle laissait flotter dans les airs dès qu'elle s'apprêtait à achever l'une de ses victimes: "Ton combat s'achève." Sur ce, elle glissa la lame dans la poitrine du vieillard, le visage indéchiffrable. Et tourna les talons sans un regard en arrière pour cette victime s’amassant sur tant d'autres, s'extirpant de l'enfer, victorieuse.
© TITANIA

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [DEATH MATCH] Going to hell. (allen)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM