Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 if this ain't love then how do we get out ? (sean)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: if this ain't love then how do we get out ? (sean)   Lun 14 Sep - 22:54
if this ain't love then how do we get out ?

Le vent me caressa le visage en chantant au creux de mon oreille. J’aimais cette période de l’année, cette atmosphère qui planait autour de moi alors que j’étais au sommet de l’un des chênes de la forêt – à moins qu’il ne s’agisse un châtaignier ? Mon regard se posa sur l’écorce de l’arbre. Je sortis l’une de mes fioles du sac en toile que j’avais moi-même confectionné pour ensuite gratter la mousse qui s’était installée de l’index. Personne ne prenait le temps d’étudier les bienfaits de la mal aimée qu’était cet étrange plante douce au touchée et pourtant répugnante à regarder mais je ne pouvais en vouloir à personne puisque cette étude faisait partie de la tâche que l’on m’avait confiée : aider ma team en confectionnant des remèdes ou des poisons pour notre besoin personnel. Ce n’était pas une affaire fleurissante, loin de là : personne ne me faisait confiance et les quelques personnes étant assez désespérées pour me demander le prix d’une de me minuscules fioles étaient rares. Je fermai soigneusement le tube de verre à l’aide d’un bouchon en liège avant de me laisser glisser sur la branche du dessous en me rattrapant à celle où j’étais perchée quelques secondes plus tôt. D’une main agile, je glissai mon élément de remède dans mon sac pour continuer de descendre de branches en branches jusqu’à apercevoir le sol. Le bruit de cette ascension fit tressaillir le loup qui se redressa d’un bon avant de lever les yeux au ciel pour couiner lorsqu’il me vit. Moondance tourna en rond en remuant la queue alors que je mis pied à terre. Je lui caressai la tête du bout des doigts en lui souriant. Cet animal sauvage était sans doute la seule bonne compagnie que j’avais sur le jeu, à défaut d’avoir un véritable chien, j’avais un loup qui ne me donnait pas des démangeaisons, les yeux humides ou des éternuements. Parfois, je me permettais de rêver que ce que je vivais actuellement était la réalité et que le rêve était là, dehors. « Allez, viens mon grand, on a encore beaucoup de choses à faire avant de rentrer… »

Je parcourai la forêt au pas, écoutant le chant des oiseaux, silencieuse. Cette masse étendue regorgeait de dangers et il n’était pas rare de voir des novices s’y perdre ou d’y mourir mais, après autant de temps à arpenter cette dernière, je la connaissais. Je regardais mes pieds à la recherche de certaines plantes ou même insectes qui avaient des vertus médicales. Je me penchais pour regarder le sol pour l’inspecter alors qu’une trace avait attiré mon attention. C’était une empreinte qui faisait facilement la taille de mon avant-bras. Je fronçais les sourcils en touchant la terre. Elle était fraiche. Je levai les yeux vers l’arbre en face de moi, ce dernier était recouvert de griffes. Mon cœur s’affola alors que ma respiration se faisait de plus en plus saccadée. Un ours géant. Avec précaution, je me redressai pour me mettre sur mes pieds en silence, sans geste de brusque. Moondance baissa les oreilles en grognant. Il était proche. Un bruit. D’un réflexe, je brandis mon arc vers ce dernier alors que le loup était prêt à attaquer. La bête poussa un arbre et le déracina en se dressant sur ses pattes arrière. Il avait le pelage noir et les yeux rouges. « Et merde… » Sans prendre la peine de ranger mon arc et ma flèche, je fis volte-face pour courir. Cent mètres, deux cent mètres… ma course folle continua jusque la plaine. Épuisée, je ralentis pour me retourner vers cet animal. La situation ne pouvait pas être plus effrayante. Je regardais autour de moi, cherchant désespérément une solution mais aucune ne me vint à l’esprit. Mon arc était ma seule arme mais je manquais cruellement de flèches et il fallait plus d’une dizaine pour espérer l’abattre… Dans un dernier geste désespéré, je pris ma dague pour lancer dans la gueule de l’ours. Son hurlement de me déchira le cœur et, pour la première fois de ma vie, j’aurais aimé avoir une arme à feu pour abréger ses souffrances.


Dernière édition par Pearl Adams le Sam 26 Sep - 23:15, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if this ain't love then how do we get out ? (sean)   Sam 26 Sep - 23:03
Chez les Atoms on prône l’esprit d’équipe. On encourage les liens sociaux et l’entre-aide. On mise sur la solidarité et la générosité. Mais Sean n’est pas franchement partisan de toutes ces valeurs. Bien sûr, s’il se trouve dans cette équipe c’est bien qu’il incarne certaines d’entre elles, mais il préfère pourtant à certains moments se la jouer perso comme on dit dans le jargon.
On retrouve souvent Black Suit en train de vagabonder en ville à travers les ruines et les débris des vieux bâtiments, mais aussi dans les forêts alentours et les champs dévastés. C’est un aventurier, un explorateur dans la vraie vie. Il aime repousser ses limites et découvrir jusqu’où son corps peut le mener. Eh bien dans DG, il fait de même mais de façon beaucoup plus drastique. Combat contre des créatures sauvages, contre des joueurs acharnés et même contre les deux à la fois de temps à autre. Bref.

Alors qu’il erre dans les bois désolés autour de la base Gaia –il doit y retrouver Nightingale- il aperçoit un grizzli, mais pas n’importe qu’elle espèce, qui semble chercher une proie avec envie et avec faim. Ses yeux indiquent clairement un manque de naturel et ses crocs apparents le rendent d’autant plus féroce. Les bêtes du jeu sont toujours programmées pour passer en mode « bestial » lorsqu’un joueur entre dans le périmètre de détection. Sean ne se trouve pas assez proche pour avoir déclenché le dispositif et réagit à l’instinct en se couchant dans les hautes herbes pour observer ce qui va se passer. C’est alors que l’animal part comme une flèche dans une course effrénée à la poursuite de son dîner. Et pour cible, il a décidé de prendre une jeune fille à la crinière blonde comme les blés au soleil. BS est trop loin pour réellement voir quelle joueuse va se retrouver en mauvaise posture. Mais comme les Atoms et les Gaias sont en bons termes, il décide de se lever pour donner un coup de main à la demoiselle en détresse. Et pourtant… Pas si en détresse que ça. Parce qu’à peine arrivé au niveau de la bataille, Sean voit l’ours allongé au sol grognant sa douleur avec une dague fichée dans la gueule et des flèches en pleine poitrine. Naturellement, notre homme dégaine son arme et termine le travail pour ne pas laisser cette créature virtuelle souffrir inutilement.

Une fois les pixels éliminés, il peut prendre le temps de voir qui s’est si fièrement battu. Et alors qu’il lève la tête, il voit une charmante jeune femme. Sa longue chevelure blonde vient retomber sur son épaule droite et ses yeux d’un bleu limpide lui transpercent l’âme. Sean reste bouche bée devant cette beauté sortie tout droit d’un magasine puis se rend compte de son ridicule et se reprend. « Hum… Salut. Je… Tu vas bien ? Je vois que tu sais te défendre. C’est… bien. » dit-il toujours aussi gêné en présence d’une si jolie fille.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if this ain't love then how do we get out ? (sean)   Dim 27 Sep - 0:33
if this ain't love then how do we get out ?

Il y avait des milliers de joueurs, des milliers d’âmes en peine qui confondaient réalité et virtuel, qui essayaient de se faire une raison. J’avais toujours voulu être une autre personne, que l’on ne me connaisse pas pour avoir changé d’établissement scolaire x fois pour des problèmes de comportements, que l’on ne me juge pas pour avoir été élevée seule avec cet homme, mon papa, trop absent pour être avoir la médaille du meilleur père et pourtant si présent pour la gamine perturbée que j'étais. J’aurais voulu parler à quelqu’un, de pourquoi j’avais atterri sur ce jeu, pourquoi j’avais voulu devenir cette personne que j’étais aujourd’hui, sur le Darwin's Game. Aucun psychologue n’aurait pu comprendre, on m’aurait sans doute privé de tout appareil électronique si j’avais daigné ouvrir la bouche sur cette double personnalité qui m’envahissait peu à peu, cet espoir de voir l’homme que je chérissais le plus au monde alors qu’il ignorait jusqu’à mon existence.

J'étais tétanisée, tiraillée par la peur et la pitié, faisant naitre en moi ce goût de culpabilité qui m'envahissait l'esprit comme le sang envahit la bouche après un mauvais coup. L'animal gisait au sol alors que son souffle semblait s'accélérait, il peinait à respirer alors que je restais devant lui à me regarder, impuissante, trop égoïste pour l'abattre, trop peureuse pour oser faire un geste. Moondance s'assit à côté de moi, pleurant face à cette insupportable souffrance, pleurant à chaque respiration saccadée. Le chant des oiseaux avait cessé. La seule mélodie que j'entendais était les battements irréguliers de mon cœur. Perles salées et hauts de cœurs. Comment ai-je pu en arriver à cette violence ? Je voulais être différente de ce que l'on connaissait de Pearl, je voulais être cette douce Unicorn Storm que l'on ne voulait pas juger sans que l'on ne la connaisse mais, au fond, je restais la même tête brulée qui répondait par les coups au lieu de faire face à ses problèmes. Je tombai à genoux alors que mes jambes refusaient de porter la lâche que j'étais plus longtemps. Mon arc tomba au sol en se brisant en deux mais je ne réagis pas, me contentant de prendre mon loup dans mes bras dans un sanglot. Alors que Pearl aurait sans doute agi dignement, Unicorn Storm préférait s'apitoyer sur son sort. Les minutes passaient alors que les grognements de la bête semblaient un lointain souvenir. Tout autour de moi semblait se dématérialiser alors que ma poitrine se levait au rythme de mes sanglots silencieux. Un coup de feu me fit resserrer l'étreinte que j'avais autour de cou de Moodance. Je saisis une poignée de poil blanc de mon compagnon, attendant ma sentence. J'allais très certainement avoir le même sort que l'ours, j'allais mourir puis revivre pour continuer dans cette spirale infernale qu'était le Darwin's Game. J'attendis mais rien ne se passa. Résignée, je levais les yeux vers mon héros. La vision d'abord floutée par les larmes. Je fermai les paupières plusieurs fois en me frottant les yeux pour finir par voir son visage. Je connaissais celui-ci, je l'aurais reconnu entre mille. Mon premier réflexe en voyant Sean Knox fut de bloquer ma respiration, d'essayer de me réveiller de cette douce utopie. Ses yeux bleues azures qui faisaient chavirer les cœurs, sa carrure imposante et se sourire qui m'avait toujours fait cet effet. Dans les différentes situations où je m'étais imaginée le rencontrer, jamais je n'avais envisagé celle-ci, celle qui se déroulait devant mes yeux rougis, reniflant comme un enfant, muette comme un nouveau-né tant j'étais impressionnée. Quelques mots qui me parvinrent comme une douce mélodie, sans sens, dans un ordre qui n'était pas logique. J'étais trop occupée à réfléchir quelle aptitude adoptée pendant que mon cerveau avait laissé mon cœur se chargeait de moindre faits et gestes. J'aurais aimé vouloir lui demander qu'il était, me méfier de cet homme dont que je ne savais rien mais mentir m'aurait été douloureux. Prudemment, je me redressai sur mes jambes alors que Moodance grognai sur lui. J'avais envie de lui poser des tonnes de questions, de le harceler, de lui demander pourquoi il m'avait abandonné comme il l'avait fait. D'un geste de la main, je fis taire le loup tout en continuant de le fixer, il m'était impossible de détacher mon regard de cet air dont j'avais tant rêvé. J'aurais voulu m'avancer vers lui pour lui effleurer la peau, pour lui caresser le visage du bout des doigts, lui chuchoter qu'il m'avait manqué. Mon estomac dansait alors que mes mains tremblaient, mon corps tout entier tremblait, encore sous le choc de tout ce qui m'était arrivée en si peu de temps. Peut-être était-ce le moment de me réveiller ? « Merci. Je… je dois y aller. » Idiote. J’eus un mouvement de recul. Un pas, puis deux. « Je… je… Désolée. » Je tournai les talons avant de me mettre à courir vers la forêt, le cœur lourd, trop troublée pour réfléchir à ce que je faisais.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if this ain't love then how do we get out ? (sean)   Ven 2 Oct - 12:46
Ce moment semble figé dans le temps. Cette jeune fille qu’il ne connait semble comme paralysée, immobilisée par un sortilège mystérieux. Elle le fixe, le scrute, alors que lui pose un regard interrogateur sur elle. Sean s’avance à nouveau d’un pas et c’est là que l’impressionnante bête à ses côtés se met à grogner. Mieux vaut ne pas l’énerver d’avantage, et il s’arrête donc là où il se tient, à quelques mètres de la belle blonde. Mais c’est d’un geste que la demoiselle calme le loup. Impressionnant pense-t-il. Effectivement, une si frêle jeune femme qui se fait respecter au doigt et à l’œil par une créature sauvage… Surtout quand on sait à quel point les animaux du jeu ont été modifiés. Black Suit, tout de noir vêtu, se tient adossé à un arbre, sa combinaison intégrale de cuir luisante au soleil perçant à travers les branches. Il voit bien que sa présence trouble la jeune femme et il se prend soudain à lui parler : « Mais dis-moi, je n’ai pas eu le plaisir d’entendre ton nom. Tu es… ? » Mais c’est alors qu’elle se lève et après avoir bafouillée quelques paroles quasiment inaudibles, elle se sauve à toutes jambes.
Bouche bée, notre ami reste là un instant laissé bêtement à son sort. Que faire ? Lui courir après ? Pourquoi ? Il ne la connait même pas après tout. Il ne lui doit rien, et il n’a pas envie de s’inquiéter plus de raison pour une personne qui lui est étrangère. Mais doit-il la laisser s’enfoncer d’avantage seule dans la forêt ? Ne risque-t-elle pas de perdre une vie dans le processus ? * Grr… Pourquoi je suis venu par ici aujourd’hui moi ? * bougonne-t-il en son for intérieur. Puis il se lance à sa poursuite à belles foulées. « Eeeeh ! Atteeeends ! Qu’est-ce qui te prend ? Qu’est-ce que j’ai fait ??? » crie-t-il pour alarmer la jeune femme qu’il vient à sa suite. Mais il reste sans réponse.

Alors qu’il course la blonde depuis quelques minutes déjà, sans sembler parvenir à la rattraper il va pour jeter l’éponge quand il s’aperçoit en fait qu’il n’est pas le seul à lui courir après. Une équipe de quatre joueurs semble l’avoir prise en chasse à son tour. « … et merde… » chuchote-t-il pour lui-même. Ne pouvant prendre le risque d’attirer ces forbans aux trousses de l’inconnue, il décide de s’arrêter pour qu’ils ne remarquent pas la piste qu’il suivait à l’instant. Mais dès lors qu’il s’arrête, les 4 âmes cherchent à se cacher. Trop tard, il les a déjà repérés de toute façon. Alors d’une voix claire et forte il dit tout haut : « Vous pouvez sortir de votre cachette. Je sais que vous êtes là. Oui allez, vous quatre, dehors ! »
BS a amassé assez d’expérience pour savoir que si un petit contingent décide de vous pourchasser et de se cacher, c’est que leurs intentions ne sont pas honnêtes. Alors il dégaine instantanément son Deagle et se tient prêt à attaquer à tout moment…

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if this ain't love then how do we get out ? (sean)   Dim 4 Oct - 14:07
if this ain't love then how do we get out ?

Courir. Sentir ses poumons brulés. Entendre son cœur battre la chamade. Cette course folle me donnait envie de vomir alors que je l’entendais me poursuivre en hurlant. Qu’est-ce qui m’avait pris de fuir de la sorte ? Pourquoi cet étrange sentiment m’avait envahi alors que j’étais face à la personne que je désirais le plus voir dans toute une vie ? Je continuais de suivre le chantier, sautant par-dessus des troncs, évitant certains arbres qui semblaient se créer devant mes yeux. Exténuée, le souffle de court, les choses s’envenimèrent alors que les pas derrières moi se multiplièrent. « Par ici ! » entendais-je. Des ESHU. Paniquée à l’idée de perdre l’une de mes vies en fuyant, j’accélérai le rythme en espérant les semer mais c’était trop espérer de mon souffle court et de mes jambes de cotons. J’attrapai au vol une branche d’arbre pour me hisser sur celle-ci alors que le loup se chargeait de les distraire et de les emmener dans une autre direction. Perchée sur mon arbre, j’observais les ESHU pendant leur chasse. Ils n’étaient pas stupides et pouvaient me trouver avec facilité s’ils le voulaient et s’ils s’écoutaient mutuellement au lieu de se cracher du venin, cherchant à se justifier qui avait perdu la proie. Mais était-ce vraiment moi la proie ? Je n’étais qu’une simple GAIA, sans grande importance, qui ne valait pas la peine d’être sacrifiée, qui ne méritait qu’une balle perdue, tout au plus. Je cherchai des yeux Moondance qui s’était réfugier plus loin en sentant le danger qui nous menaçait, il restait cet animal sauvage ; imprévisible, solitaire, assoiffé de sang mais je lui accordais une confiance aveugle, il était mes yeux, mon nez, mes oreilles… je cherchai le groupe des yeux qui s’était déplacé en regardant les traces à terre alors qu’une voix retentit d’entre les branches. Sean. Que lui prenait-il ? Pourquoi les provoquait-il de cette façon alors qu’il était en surnombre ? Je grimai sur la branche du dessus pour me glisser sur l’arbre d’à côté afin de pouvoir observer la scène depuis cette hauteur, sans me mettre en danger. Mais étais-je prête à le voir se sacrifier, risquer l’une de ses vies sans aucune raison ? Je passai d’arbre en arbre en espérant trouver nos ennemis pour espérer lui sauver la peau. Je repérai l’un d’entre eux, un peu plus loin alors que je tentais de garder mon équilibre sur le sapin. Je descendis de quelques branches en cherchant rapidement une idée pour descendre tout en le mettant hors d’état de nuire pour emmener le garçon plus loin, à l’abri. Mon arc abandonné, il ne me restait qu’une solution. Je sifflai un peu, il se confondait presque avec le vent qui s’était levé alors que la nuit tombée. Il ne fallut que quelques secondes à Moondance pour attaquer l’ESHU, ou du moins le distraire le temps que je sauve ma peau. Je descendis de mon perchoir rapidement pour courir en direction de Sean, lui saisissant le poignet pour qu’il me suive loin de cet enfer qu’il s’était installé autour de nous. J’en avais rêvé. J’avais toujours espéré pouvoir toucher une parcelle de peau de cet homme qui hantait mes nuits, qui était devenu une obsession, un besoin. J’avais du mal à me rendre compte de ce que j’étais en train de faire, si j’étais en train de remuer le couteau dans la plaie ou si j’avais subi une opération pour qu’on me l’enlève. Alors que je courais, le garçon sur les talons, des milliers de questions se bousculaient tandis que nous rejoignions la plaine où nous nous étions rencontrés. Etait-il nécessaire d’encore courir ou étions-nous hors de danger ? A contre cœur, je lui lâchai le panier avant de ne me laisser tomber à terre sur les fesses, tentant désespérément de reprendre mon souffle et calmer mon rythme cardiaque. En quelques secondes, le loup revint, mon arc entre les dents, le pas boiteux. Je lui caressai un peu la tête avant de lever les yeux vers Sean. Il y avait un mélange de honte qui se créait à moi, qui se chevauché avec cette bouffée d’air frais lorsque je plongeais mes yeux dans les siens. Entendre ton nom. Ses paroles me revenaient en mémoire comme une douce mélodie, un souvenir. Jamais on ne m’avait posé cette question sur le jeu, jamais personne ne s’était intéressée à savoir qui j’étais… mais que devais-je dire exactement ? répéter bêtement mon pseudo comme un matricule militaire ou lui avouer ma véritable identité comme je l’avais toujours espéré… « Je… je suis Pearl… Je… » L’animal fit volte-face en grognant alors qu’une ESCHU sortit de la lisière de la forêt, une arme à la main. D’un geste habile, je saisis l’une de mes flèches à moitié brisée par mon escapade avant de bander mon arc. Le temps sembla ralentir alors que mon souffle était le seul son que je pouvais entendre. Atteindre ma cible était compliquée au vu de la situation actuelle, de la fatigue qui m’envahissait et mon manque de concentration lorsque j’étais avec cet homme. Je fermai les yeux quelques instants en espérant trouver le courage de le blesser. Le tuer n’était pas envisageable, ce n’était pas dans ma nature d’ôter les vies, bien que j’avais tout le loisir de pouvoir me venger de ce que sa team avait pu faire à la mienne… je rouvris les yeux avant de lâcher prise. La flèche tourna sur elle-même avant d’atteindre l’épaule mon adversaire qui, sous le choc, tomba en arrière. Les mains tremblantes, le souffle court, je baissai mon arc en le regardant. Qu’étais-je en train de devenir, au juste ?

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if this ain't love then how do we get out ? (sean)   Dim 11 Oct - 20:56
Je n’ai jamais cherché à être protégé par quiconque. Je n’ai jamais demandé à ce qu’on prenne un coup pour moi ou qu’on n’abatte un ennemi à ma place. Et pourtant… C’est ce que la jolie blonde que je poursuis semble s’évertuer à faire. Sean se retrouve encerclé par une petit groupe d’Eshus mais alors que la situation semblait mal tourner, la mystérieuse inconnue monte dans les arbres alentours pour envoyer flèches et attaques de loup à leur encontre. Une flèche vole et vient de ficher dans le cou de l’un d’entre eux, la bête sauvage saute à la gorge d’un second… Quand un dernier se retrouve cloué de nouveau alors que Sean était à découvert. Pearl, puisque c’est ainsi qu’elle s’est présentée à lui, est une femme des bois et de la nature, une Gaia à coup sûr et elle vient de lui démontrer que la grâce et la douceur pouvaient effectivement être meurtrières. L’adrénaline retombe et c’est une sensation que notre homme connait bien. Après le contre coup on se sent faible, on tremble, elle jeune femme pourrait même soudainement s’effondrer. Mais alors qu’elle observe ses mains agitées de spasmes, il se jette à ses côtés pour la soutenir avant que ses jambes ne cèdent sous son propre poids. Il passe son bras sous les épaules de la belle et lui dit :

« Pearl hin ? C’est très joli comme prénom. Moi c’est Sean. Et je crois que je dois te remercier pour m’avoir tiré de ce mauvais pas. »

Le colosse avance en prenant soin de ne pas brusquer la blonde et il vient la poser sur un rocher non loin où elle peut s’assoir et récupérer un peu de ses efforts fournis. Nous sommes dans un jeu et pourtant les sensations de fatigue, d’excitation ou de douleur sont elles biens réelles. Expert en la matière, en terme d’effort et de récupération, il sait d’office que le meilleur moyen pour la jeune femme de se relever et de rentrer chez elle, c’est qu’elle se pose un instant. Logique.

Sean garde son arme au poing. Non pas parce qu’il craint Pearl, mais plus parce qu’il craint le retour d’une troupe d’Eshus en plus grand nombre. On sait que les mauves ne sont pas les meilleurs guerriers du jeu, mais ils ont du monde dans leur rang. Et le nombre prévaut sur le talent individuel.

« Et… cet animal est à toi ? C’est assez rare de voir des joueurs suivis par les animaux du jeu… Tu dois avoir un sacré talent de dressage. »

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if this ain't love then how do we get out ? (sean)   Jeu 15 Oct - 20:42
if this ain't love then how do we get out ?

La violence retombe, le clairon sonne. Les jambes de cotons, la respiration coupée, je tiens difficilement de bout face à ce que je viens d’accomplir. Jamais je ne pensais pouvoir en arriver là, jamais je ne me serais cru capable d’un tel massacre. Moondance revient, la tête basse, la queue entre les pattes, peu fier de ce qu’il a fait pour protéger cet homme dont il ne connaissait rien, en une vie sur ce jeu, jamais je ne l’avais vu défendre quelqu’un, il le savait, il savait que sans lui, une partie de moi s’envolerait, s’effacerait et que ma rage n’allait en être plus que mortel. Il lisait en moi comme dans un livre ouvert, comme si j’étais comme lui. Je titube, me rattrape de justesse, danse sur un pied puis sur un autre en espérant ne pas tomber de haut. D’un geste, Sean m’attrape les épaules alors que mes jambes me lâchent. Moi c’est Sean. J’avais envie de lui hurler que je le savais, que je savais tout de lui, tout ce qu’il avait bien voulu nous confier, je le connaissais sur le bout des doigts, que je rêvais de lui, que je donnerais mes dis vies pour qu’il puisse vivre un peu plus longtemps. Le loup tourne autour de moi alors que je reprends mon esprit, il jappe en posant sa patte crasseuse sur mon genou. Je lui caresse doucement la tête en écoutant mon interlocuteur. « Je… je n’ai rien fait du tout… il… me suit, tout simplement… Il n’est à personne. Il t’a défendu parce qu’il en avait envie… » Vérité ou utopie ? Personne ne le saurait jamais, seul le loup savait pourquoi il avait eu cette réaction, si lui-même le savait. Peut-être qu’il ne régissait qu’à un instinct primaire. Je ne le regarde pas, j’ai trop peur, trop honte pour oser le plonger mes yeux dans les siens. Que penserait-il d’une personne comme moi ? Une fanatique de plus, une folle incapable de vivre une semaine sans frapper si elle n’était pas aidée ? « Et… qu’est-ce que tu fais par ici ? Tu es dans la zone des GAIA et, visiblement, tu... tu ne fais pas parti des nôtres... » Je ne pouvais être sûre de moi. Je ne passais que très peu de temps avec les autres, je chérissais le silence et la solitude, un aspect de ma véritable personnalité. La question se retourna dans tous les sens alors que j’attendais sa réponse. Pourquoi était-il aussi loin de sa team et si près de la mienne ? Il était vrai que les GAIA et les ATOM avaient toujours été en bon terme d’après mes maigres sources et il n’était pas rare que certains d’entre eux venaient nous rendre service. Mais lui, était-il réellement destiné à me trouver et étais-je vraiment arrivée jusqu’ici pour le sauver ?


Dernière édition par Pearl Adams le Dim 1 Nov - 17:01, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if this ain't love then how do we get out ? (sean)   Mar 27 Oct - 19:27
Que faisait-il ici ? Bonne question. Celle-ci possède effectivement une réponse. Il ne se promène pas aussi près du camp GAIA pour rien, malgré leur alliance il ne prendrait pas le risque de troubler cette passive entente. Le voir rôder aussi proche de leurs lignes pourrait effectivement susciter la curiosité des gens de la forêt et il s'en rend compte maintenant qu'elle lui pose cette fatidique question. Se sentant un peu bête, il sourit, se frotte l'arrière du crâne et lui répond :

« Eh biennn... Je me suis toujours bien entendu avec les gens de ton clan... Je n'ai jamais pensé au fait que mes visites intempestives autour de votre camp pourrait devenir problématique. Mais tu fais bien de me le dire. Je ferai attention à ne pas trop m'approcher. »

Il fait quelques pas en remettant ses mains dans son dos, il scrutes les alentours à la recherche d'une ombre ou d'une autre personne.

« Je ne te demanderai pas ce que tu fais par ici. Puisque vraisemblablement tu as été envoyé par le grand manitou pour me sauver les fesses ! Haha ! » rit-il ouvertement.

Black Suit observe la jolie blonde qui se tient à quelques pas de lui. Elle est posée là non loin, son animal à ses côtés, elle semble si douce et si timide qu'elle deviendrait vraiment craquante. Mais le combat qu'elle vient de bâcler en quelques secondes lui démontre que sa douceur peut-être contraster par un véritable esprit guerrier, voir amazone. Sa longue chevelure couleur de feu lui tombe dans le dos et une tresse bien caresser son front avant de terminer sa course derrière son oreille. La coiffure typique des femmes de la forêt en somme. Mais pour le coup, il se surprit à détailler son visage du menton au front, comme hypnotisé par sa grande beauté.
Il se reprend conscient que fixer les gens n'est pas digne d'un gentleman, alors il écarte les bras pour s'étirer et décide de reprendre la conversation.

« Tu joues depuis longtemps à ce jeu ? »

Question polémique que certains joueurs rôliste jusqu'au bout des doigts n'aimaient pas entendre. Mais il se risque à lui poser. Il sera ainsi fixé sur l'état d'esprit de la jeune fille quant à leur environnement.

Invité
Invité


MessageSujet: Re: if this ain't love then how do we get out ? (sean)   Dim 1 Nov - 18:34
if this ain't love then how do we get out ?

Je l’observais, curieuse, comme un enfant devant l’une de ses nouvelles personnes dont il ne connait rien alors que les autres savaient tout de lui : quand il avait réussi à faire ses premiers pas, quand sa première dent avait poussé… sauf que j’étais cette personne qui savait tout de lui, tout ce qu’il avait bien voulu nous livrer, je le connaissais sur le bout des doigts comme une leçon j’avais relu encore et encore jusqu’à épuisement. J’écoutais à peine ce qu’il disait, trop occupée à le regarder, étudier ses manies, chaque parcelles de corps que je pouvais voir m'obsédaient et j’essayais de retrouver mes repères, ceux que j’avais fixés lorsque je regardais son visage sur mon écran d’ordinateur mais, comme à chaque fois, je finissais par me perdre dans ses yeux bleus océans. Il pensait que j’étais tombée, comme une fleur, près de lui pour le sauver mais comment pouvait-il ignorer que c’était lui qui m’avait sauvé de cette spirale infernale qu’était ma vie avant que je ne tombe sur sa première vidéo ? Aussi étrange ou idyllique que puisse être la véritable version des faits, je lui devais une grande partie de mon existence. Son visage m’avait rendu le sourire, ses manies m’avait faite rire, certaines nouvelles m’avait bouleversé alors que le son de sa voix m’accompagnait jour après jour. Il faisait partie de ma vie sans qu’il ne le sache. Il disait que j’avais été envoyée pour le sauver mais c’était lui qui m’avait sauvé. Mais, aussi impensable que la situation laissait paraitre, j’avais mon estomac qui se retournait et mon cœur qui se soulevait lors que les images des minutes précédentes, je revoyais ses personnes mourir en boucle. Ne dis pas « merci » ! On ne dit pas merci pour ça... c’est triste ça ! Le silence nous envahissait, seul le bruit du vent troublait notre conversation silencieuse, il me caressait les joues, il faisait voler mes mèches folles qui, dans le feu de l’action, s’était déliées de ma tresse que j’avais eu dès ma connexion sur le jeu, parfaite lorsque j'avais rejoins les pixels. Depuis combien de temps étais-je ici ? J’avais l’impression que cela faisait une éternité que chaque jour après le travail, je me précipitais sur mon bureau pour ouvrir ce fichu jeu, ce poison comme j’avais fini par l’appeler car je refusais de l’avouer mais il était devenue une véritable addiction, un besoin, une drogue dont il me faudrait des mois avant d’être complétement désintoxiqué.
« Je ne sais plus vraiment… les jours sont comme des heures dans une journée, ils se confondent, j’ai parfois du mal à me rendre compte que le réel n’est pas ici mais… dehors. » Je ne le regardais pas. Ma réponse n’avait de réel sens mais les mots étaient sortis de ma bouche sans que je ne leurs en donne l’ordre. Mon corps prenait le dessus sur mon esprit mais e devais m’accrocher, ne pas faiblir, ne pas paraitre folle ou idiote devant lui bien que mon regard fuyant en disait long. Une idée me traversa l’esprit, risquée mais pourtant si délicieuse, qui pourrait lui remettre les idées en place et lui rappeler pour quoi j’étais là devant lui. « Mais – mon regard se risqua vers lui, je pris un bouffée d’air, espérant ne pas bégayer – tu n’es pas l’une de ses personnes qui postent des vidéos sur YouTube, vendant du rêves aux idéalistes sans qu’ils ne voient un quelconque résultat ? » Je parlais certainement à un sourd en tant qu’aveugle, il était certainement sûr de ses méthodes alors que jamais je ne me serais risquée à suivre les conseils de l’une de ses vidéos. Pourquoi ? Je ne savais pas moi-même. Je finis par rire. C'était ma seule issue pour qu'il ne prenne ceci que comme une mauvaise blague. « Pardon, j'ai tendance à... aller trop loin dans mes pseudo-blagues. » Je lui offris un simple sourire, caché derrière mes bras, eux-mêmes posés sur mes genoux ramenés sur ma poitrines.

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: if this ain't love then how do we get out ? (sean)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM