Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
S'inscrire au DARWIN'S GAME, c'est montrer de quoi nous sommes capables et prouver que nous sommes l'avenir. Une seule regle : survivre. A partir de maintenant, c'est chacun pour soi. Nous devons oublier qui sont nos freres, nos femmes, nos amis, parce qu'aujourd'hui ils sont nos ennemis. Tuer ou etre tue est notre seule motivation. Le jeu debute.



Le forum appartient à sa fondatrice Alaska. Le forum est optimisé pour Chrome. Toute copie partielle ou complète est interdite.
LE FORUM EST FERME POUR LE MOMENT. MERCI D'AVOIR ÉTÉ LA.


 Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)
Répondre au sujetPoster un nouveau sujet

Invité
Invité


MessageSujet: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   Ven 16 Oct - 22:28
Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences.
The only thing I ever wanted, the only thing I ever needed
Is my own way - I gotta have it all
I don't want your opinion, I don't need your ideas
Say the fuck 'em up off my face, stay away from me
I am my own god - I do as I please
L’odeur du sang, du foutre, de la violence. C’est logique, le sexe, le sang, la mort. Les gens se font plaisirs et amènent leurs désirs malsains avec eux. Violence, ah, celle-là, tu l’aimes, tu l’as dans tes bras, elle te mange, te bouffe, te fait pousser des cris malsains. La mort, vieille copine qui s’est jamais décidée à te prendre, elle préfère te voir souffrir, jusqu’au moment où elle se lassera de toi. Ici, tu oublies qui tu es, dans cet endroit, tu n’es plus Ruben, juste Percy, le violent, le buveur de sang, le donneur du baiser de la mort. Bien sûr, tu n’es plus le petit Ruben, celui-ci t’étant fait agresser au lycée, le gosse trop fragile pour ce monde, brisé par la vie déjà tout petit, oubliant ce que le respect de son corps était, oubliant ce qui faisait d’un enfant. Quel homme tu deviendrais ? Si tu le devenais un jour. Celui-ci brisé sans doute, incapable de sourire et de faire confiance, incapable d’esquisser un petit mouvement de bouche, incapable d’aimer. Tu ne te sens pas capable d’aimer, pas maintenant, peut-être jamais, tu ne sais pas ce que ça fait, tu ne sais pas l’amour physique, l’amour vrai qui fait palpiter le cœur.

La douceur est une chose qu’on ne t’a jamais vraiment donnée, pas en tant qu’être humain, par en tant qu’homme, juste en tant que poupon blesser. Le sang coule de tes lèvres, tu viens d’achever un joueur, peu importe dans quel camp il était, ça t’importe peu, juste, tu es calme à présent, couvert de sang, ton poignard luisant de rouge, écarlate, comme le ciel de Chicago, comme cette lune de sang qui est venue il y a peu, elle t’a rendue nostalgique. Tu as l’impression d’être un vampire, vivant la nuit. Le soir, pas de problème, la journée les cours t’empêchent de te connecter, parfois tu sèches, pour aller le voir lui, petit rayon de lune plus vieux que toi de beaucoup d’années, mais tu tiens à lui, peut-être trop. Petit air blasé sur ton visage angélique, tu veux aller te reposer, quelque part, pas loin. La mouche hurlante. Bien sûr. Personne n’oserait t’attaquer ici, pas à te battre, et c’est magnifique là-bas. Tu avances, doucement prudemment, les joueurs aiment cet endroit. Tu regardes, doucement, t’avance, et tu vois une ombre. Tu ris doucement, une souris qui fuit un chat n’est-ce pas ? Doucement, comme un félin, prédateur, tu l’interceptes, ne regardant pas son visage, le plaquant au sol, ton poignard contre sa gorge. Tu réagis, ensuite, restant bloqué sur ce visage. « Alessio ? » Tu fronces les sourcils, restant assis sur son torse, lame doucereuse contre sa gorge, comment ça Alessio ? Tu as surement l’air dangereux comme ça, tâché d’un sang autre que le tien. Tu ranges ton poignard mais reste sur lui, toujours sur ce torse musclé le considérant comme ton perchoir, un sourire sadique éclairant ton regard, et tu l’embrasses, lui mordant la lèvre inférieure, jeune lionceau jouant avec un plus vieux.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Ruben Simmoes le Lun 19 Oct - 16:56, édité 1 fois

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   Dim 18 Oct - 4:32
Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences.
The only thing I ever wanted, the only thing I ever needed
Is my own way - I gotta have it all
I don't want your opinion, I don't need your ideas
Say the fuck 'em up off my face, stay away from me
I am my own god - I do as I please
Je n'apprenais jamais de mes erreurs, c'était un fait, à peine quelques jours après avoir manqué de me faire tuer avec Héra parce que j'avais eu la très intelligente idée de me promener seul, je recommençai à le faire, ne me souciant pas vraiment de savoir où j'allais ni ce que je faisais, à croire que mes penchants suicidaires commençaient à se répercuter dans le jeu, ou juste que j'étais un parfait crétin parfois, au choix.

En tout cas je n'allais pas tarder à regretter ma nonchalance puisque, alors que je sortais de l'ombre, je sentis une main attraper mon bras et me plaquer au sol avec force, le choc se répercuta dans tout mon corps, j'étouffais un grognement de douleur en sentant ma tête claquer contre la pierre et en sentant le goût du sang envahir ma bouche, j'avais dû me mordre en tombant, stupide réflexe humain.

Juste retour de karma ? Peut-être, après tout j'avais fait la même chose à Hréa en voulant la sauver, mais le froid de la lame que je sentais contre mon cou m'indiquait plutôt clairement que les intentions de la personne en face de moi étaient nettement moins louables que les miennes.

Le premier choc passé, mon cerveau recommença à fonctionner à son rythme habituel, voire accéléré par la menace. J'analysais la situation, essayant d'estimer mes chances de survie, mais plaqué au sol, incapable de faire un seul mouvement, une lame contre la gorge, je réalisais bien vite qu'elles étaient nulles.
C'était con comme ça que j'allais perdre ma première vie, vraiment ? Égorgé comme un animal parce que j'avais encore fait la connerie de me promener seul ? Merci bien pour le côté badass et glorieux...
J'avais presque l'impression d'entendre mon cerveau se foutre de moi, j'entendais presque des voix dans ma tête me dire « T'es foutu Alessio »

"Alessio ?"

Je clignais des yeux rapidement en fronçant les sourcils, cette voix là par contre ne venait pas de l'intérieur de ma tête, elle était bien plus réelle et beaucoup trop familière à mes oreilles pour que je me trompe, sauf que...Je relevais les yeux et entrouvris la bouche en découvrant le visage de mon agresseur...Putain de merde, ne me dites pas que... ?

"Ruben ?"

Malgré le sang sur son visage, qui n'était pas le sien, malgré son air plus sauvage et dangereux que dans la vie réelle, c'était impossible que je me trompe sur son identité, ce visage là hantait mes nuits, il m'obsédait, c'était celui dont je dessinais mentalement les traits avant de m’endormir ou quand l'enfermement devenait trop insoutenable, et dieu sait, que je n'aurais jamais imaginé le retrouver ici.
Et visiblement lui non plus, ou peut être pas dans de telles circonstances, je le vis ranger son poignard puis fondre sur mes lèvres, m'embrasser avec une passion, une force que je ne lui connaissais pas, mordant ma lèvre au passage. J'étouffai un léger gémissement et passant ma main à l'arrière de sa nuque j'accentuai notre baiser. Ici au moins, je n'avais pas peur.
© 2981 12289 0

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   Dim 18 Oct - 21:12
Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences.
The only thing I ever wanted, the only thing I ever needed
Is my own way - I gotta have it all
I don't want your opinion, I don't need your ideas
Say the fuck 'em up off my face, stay away from me
I am my own god - I do as I please
Une foutue attraction que tu ressens à son égard. Peut-être pas de l’amour. Mais quelque chose de physique, de violent, de sensuel. Chaleur contenue dans ton corps, besoin violent d’amour et de son corps. Sans le savoir, le pourquoi du comment, sans aucune idée de ce qui t’arrivait. C’était juste un besoin viscéral d’avoir ses lèvres contre les tiennes à chaque fois que vous vous voyiez, à chaque putain de fois que tu le prenais dans tes bras. T’es qu’un adolescent aux hormones en folies, petit oiseau en pleine saison des amours, voilà ce que t’étais avec lui, ce que tu devenais, toi qui te devenais asexuel, tout ça t’avais rendu insensible au sexe, à sa mention, maintenant c’était autre-chose, il était devenu la proie de tes fantasmes violents, sadique. Putain créature de l’enfer que t’étais à ces moments, juste honteux d’être ce que tu étais. Et là ? Et maintenant ? Tes lèvres meurtrissant les siennes. Un peu plus, un peu moins, la violence et l’adrénaline coulent encore avec puissance dans tes veines comme un venin injecté à ton cœur qui prend ton corps d’un coup, avec tout sauf de la douceur. C’est âcre le goût du sang, et le goût des lèvres d’Alessio est beaucoup plus appétissant, ça te satisfait presque. Presque, ta perversion te prend le cœur et les yeux, ô yeux de démon en chaleur que tu détiens, voilà, c’est tout ce qu’il gagne à être ici. « Surpris ? »

Tes lèvres descendent, dans son cou, le mordant, le blessant, le marquant de tes lèvres trop entreprenantes, beaucoup trop pour être innocentes. Tes mains jetant les armes qu’elles rencontrent plus loin de lui, dans la naïveté qu’il essayera de se défendre contre toi, personne ne se défendrait contre toi. « Chat ou souris ? » Rhétorique, tu es le chat, il est la souris, soumis sans choix, comme d’habitude, enfin, ça deviendra une habitude n’est-ce pas. « T’es inconscient d’être là tout seul. » Tu le retournes, tête contre sol, presque avec douceur, et touche, essayant de trouver quelconque flingue caché derrière, mais tu tombes juste sur un tatouage, dans sa nuque, que tu embrasses, tu passes même ta langue, joueuse, dessus. « ATOM. Étrangement, ça te convient Aless… » Son diminutif roule dans ta bouche comme un appel trop violent a la décadence. Tu vires ce haut, laid, couvrant trop de chaire. Et tu enlèves le tien, ne laissant que ton « V » visible, celui qui mènerait plus bas. Mais pas encore, ton tatouage est là, celui CAHO, signifiant la mort, la détresse, l’absurde envie de meurtre. Tes lèvres s’écrasent contre les siennes, sans douceur, sans rien de ce que tu ferais dans la vie réelle. « Joue avec moi tu veux ? Généralement la souris s’enfuit. » Tu lui lâches un sourire.

© 2981 12289 0

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   Lun 19 Oct - 15:09
Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences.
The only thing I ever wanted, the only thing I ever needed
Is my own way - I gotta have it all
I don't want your opinion, I don't need your ideas
Say the fuck 'em up off my face, stay away from me
I am my own god - I do as I please

Surpris ? Bien sûr que je l'étais. Je n'étais pas non plus ignorant, je me doutais que Ruben à l'image de la quasi totalité de la population jouait au Darwin's Game mais entre savoir une chose et y être confronté il y avait quand même un monde...Et les circonstances de la rencontre n'arrangeaient rien, je suppose que si je l'avais simplement croisé, par un pur hasard, j'aurais été surpris mais pas dans des proportions extrêmes, en revanche me retrouver coincé sous son corps, la lame de son poignard contre ma gorge avait une dimension  effrayante, réaliser que son amant était un dangereux psychopathe n'était pas une situation banale, mais aussi terriblement excitante. Je me traitais mentalement de tous les noms, aimer se faire menacer n'avait rien de très normal, il allait falloir que je songe à me faire soigner moi...Ah douce ironie dans ce choix de mots quand on savait que dans la vie réelle, je ne connaissais depuis quelques temps rien d'autre que les murs de l'hôpital psychiatrique où on m'avait enfermé de force. Ruben était là d'ailleurs ce jour-là, m'embrassant avec douceur, me promettant de ne pas me laisser, une douceur qui était définitivement absente de l'homme qu'il était ici, de ses baisers. Et est-ce que je pouvais lui en vouloir quand moi-même ici je me libérais, m'autorisant tous les excés ?

Mes lèvres goûtaient les siennes, l'embrassant avec une rare passion, chat ou souris c'était la question ? Souris probablement du moins pour un temps, tant que mon cerveau refusait de rationnaliser la situation, tant que seul mon corps était capable de présenter une réponse convenable à ses actes, mon esprit restant lui muet, dans un éternel silence d'acceptation et de soumission.
Sans aucune résistance je le laissais me retourner tête contre le sol, il cherchait quoi exactement ? Des armes à feu ? Ca ne risquait pas, je retins un petit rire moqueur, j'avais l'avantage là dessus il ignorait parfaitement de quoi j'étais capable, et donc de quoi j'étais incapable, à savoir utiliser une arme à feu sans me tirer dessus tout seul...Non je n'avais pas essayé, je le présumais juste fortement.

"J'ai rien sur moi, détend toi, je..."

Mais je ne finis pas ma phrase, étouffant un gémissement alors que ses lèvres embrassaient mon cou, mon tatouage, contrairement à certains je n'avais pas eu de chance il était assez exposé et assez visible, pour qui cherchait à vérifier.

Je frissonais encore plus en l'entendant prononcer mon prénom, et même si il venait de m'arracher de force mon t-shirt je savais que ce n'était pas dû au froid, bordel, pourquoi tout en lui ici était un tel appel au sexe, mes yeux parcouraient son torse nu, jusqu'à tomber sur son tatouage que j'effleurais du bout des doigts.
Caho.Atom. Communion contre nature de deux êtres opposés.

Il voulait que je joue avec lui...D'un geste assuré, beaucoup plus sûr que mes gestes maladroits et hésitants habituels, envoyant au diable ma haine du contact physique, je le fis basculer en dessous de moi, embrassant son cou, le mordant pour marquer mon territoire, Ruben, mon caho.

"Faut se méfier des souris, elles sont souvent plus rusées et agiles que les chats"

Je disais ça d'un air provoquant, jouant avec le feu, jouant avec le diable en personne, il voulait jouer, on allait jouer. Libéré des contraintes, libéré de mes peurs, je me permettais tout, tous les non-sens, tous les abus, et tous les risques.
© 2981 12289 0

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   Lun 19 Oct - 16:56

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   Lun 19 Oct - 19:45
Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences.
The only thing I ever wanted, the only thing I ever needed
Is my own way - I gotta have it all
I don't want your opinion, I don't need your ideas
Say the fuck 'em up off my face, stay away from me
I am my own god - I do as I please
 Envolées mes peurs, envolées mes réticences, je m'abandonnais juste à mon instinct, à mes sensations, au jeu, malsain, du chat et de la souris qui prenait place entre nous.
Lui, prédateur dangereux, et moi soumis, jouant avec lui, le poussant jusqu'à ses limites, sachant que chacune de mes provocations précipitaient ma fin.
Et pourtant, c'était avec un sourire charmeur aux lèvres, un sourire que je n'avais plus adressé à personne depuis au moins six ans, que je le plaquais au sol à mon tour, le mordant dans le cou, cherchant à le marquer,  marquer mon territoire, habité par une envie soudaine de le faire mien, que tout le monde sache que Ruben m'appartenait, au moins autant que je lui appartenais, c'était nouveau ça l'envie de sexe, la possessivité, la violence, toute une palette d'émotions que je découvrais et que j'appréciais m'efforçant d'en profiter au maximum, de les imprimer dans mon esprit.

J'avais eu mon instant où j'avais feint la domination et il était temps pour lui de reprendre le dessus, de retourner à sa place et je le laissais me ramener sous son corps, plaqué au sol, ne pouvant contenir un gémissement de plaisir alors que ses ongles pénétraient ma peau et un autre gémissement encore plus bruyant que le précédent alors que ses dents blessaient ma chair, presque à sang je le sentais. Mon corps était électrisé, hypersensible, la moindre caresse se répercutait dans chacune de mes cellule, les baisers, les griffures, les morsures, tout m'enflammait, me consumait, me donnant à chaque instant une envie de plus en plus insoutenable de le sentir en moi. C'était violent, fort, puissant. Je voulais qu'il me comble, ici et maintenant, sous les yeux du monde entier s'il le fallait vraiment.

"Je suis...pas patient non plus"

Ma voix était plus rauque, sur un ton plus viril que celui que j'employais au quotidien, le désir se répercutait jusque là, légèrement essoufflé par cette envie contenue. D'une main tremblante je détachais ma ceinture et me débarrassai de ce pantalon qui me gênait, faisant pression contre ma virilité déjà en éveil, durcie à l'extrême.
Car oui, comme l'aurait dit Ruben en termes moins élégants et délicats, je bandais déjà, depuis son premier baiser pour être exact.
Je resserrais mes bras autour de son corps, le collant à moi, plantant mes ongles dans son dos

"C'est plus fort que moi...Juste prend moi Ru, maintenant"

© 2981 12289 0

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   Lun 19 Oct - 21:48

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   Ven 23 Oct - 20:06

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   Mer 28 Oct - 3:51

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   Ven 30 Oct - 17:50

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vivre, c'est prendre des décisions et en supporter les conséquences. (HOT DAMN)   
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Page 1 sur 1


Sauter vers:  





liens utiles
AU RP ET AU FORUM